La petite école de l'attention

Pratiquer la méditation de pleine conscience, c’est se rendre présent à tout ce qui constitue notre expérience de l’instant. Prendre conscience de la respiration, des sensations corporelles, des sons, des odeurs… Conscience aussi du flux des pensées et des émotions qui nous traversent, sans les juger et sans y réagir.

"La pleine conscience est la qualité de conscience qui émerge lorsqu’on tourne intentionnellement son esprit vers le moment présent. C’est l’attention portée à l’expérience vécue et éprouvée, sans filtre (on accepte ce qui vient), sans jugement (on ne décide pas si c’est bien ou mal, désirable ou non), sans attente (on ne cherche pas quelque chose de précis)."
Christophe André, Médecin psychiatre à l’hôpital Sainte Anne, Paris.


La méditation de pleine conscience est issue des traditions bouddhistes et existe depuis plus de 2500 ans.

Elle a été introduite en Occident par Jon Kabat-Zinn, professeur émérite de la Faculté de Médecine de l'Université du Massachussets, qui a créé le programme MBSR – Mindfulness Based Stress Reduction – à la fin des années 1970. L’essence de ce protocole est la méditation de pleine conscience, mais dans une version entièrement laïque, totalement épurée de toute connotation religieuse.

Les bienfaits de la pratique de la pleine conscience sont aujourd’hui reconnus par la science pour l’adulte, l’adolescent et l’enfant. L’imagerie cérébrale a notamment permis de mettre en évidence que sa pratique modifie l’activité et la structure du cerveau apportant de nombreux bénéfices.

Initialement dévolue au domaine de la santé, la méditation de pleine conscience a considérablement élargi son champ d’application : éducation, entreprise, sport…


Pourquoi initier les enfants à la pleine conscience ?

Dans notre société où tout va très vite, apprendre aux enfants à méditer, c’est leur offrir la chance de savoir ralentir, se poser, observer ce qui se passe en eux afin de ne pas réagir par automatisme. C’est leur permettre de grandir plus confiants et plus libres.